Qui suis-je

Eclatons-nous

  Vous êtes 
 
  
promeneurs à être venus 
me rendre visite depuis septembre 2006.
Un nombre c'est bien ,mais c'est pas très
causant ... Mec lecteurs d'où venez-vous ?
Le 20 octobre 2007, j'ai mis cette carte
pour mieux vous connaitre.

outils webmaster

outils webmaster


Citation

"L'érotisme est l'une des bases de la connaissance
de soi, aussi indispensable que la poésie." 

 

 
Anaïs Nin, Etre une femme et autres essais.

Un petit clic si aimez ce site

www.meilleurduweb.com : Classement des meilleurs sites Web.



Mon livre de chevet 
A lire absolument
 
   livre
  
  Ce que je lis en ce moment


 








Les forums que je fréquente

les plaisirs et pêchés mignons de Lola



Les dialogues de femmes de Sarahh









Je les ai rencontrés sur OB



Koulou


 

Muad


 

Le Musée de Muad


Michka 


 

Motdit


 

Arteashow


 

Baggins


 


Little red Dragon


Blackevil


Lib le poète



Guts ou le royaume de la chaleur


 Les sens de Claire

 

  Le carnet d'Erwan 

 

 

 Référencement

Erotisme sur BIG-annuaire

Annuaire de l'érotisme

L'annuaire de l'elfe de la forêt noire .

L'annuaire de didinath


annuaire du pépère  

Annuaire de Blogs

l'annuaire du WebAdd to Technorati Favorites

W3C

  • Flux RSS des articles

overblog




Elle est partie en ce début de matinée, sans un mot. Vers quel destin impénétrable, ses pas la conduisent-elles ?
Quelle force intérieure ou quelle voix lui imposent de partir d’un pas si décidé en cette tenue ?
Quelle voix ? Sa voix a lui bien sûr, il est le souffle de sa force, il la conduit là où elle doit aller. Ils avaient fait un jeu, la veille au soir, et elle avait perdu. Elle en connaissait les règles. Si elle perdait, elle devrait accomplir le gage qu’il avait choisi pour elle.
Elle ignorait quand. Il lui avait dit qu’elle le saurait le moment venu. Et le moment était arrivé.
Alors qu’elle prenait son petit déjeuner, encore vêtue de sa nuisette, la sonnette de la porte d’entrée avait retenti.
Un coursier lui tendit un pli urgent et attendit. Elle ouvrit délicatement l’enveloppe se demandant ce qu’elle pouvait bien contenir.
Un message avec ces quelques mots.

Ton dos nu noir, tu mettras
De bas noirs, tes jambes, tu gaineras
Tes bottes, tu chausseras.
Docile, mon coursier, tu suivras.

Elle est abasourdie, son cœur bat à tout rompre. Il ne peut lui demander ça. C’est impossible, une erreur sans aucun doute, oui c’est cela, une erreur. Elle s’accroche à cette idée, retourne le papier dans l’espoir de trouver un démenti. Rien. Affolée, elle jette un regard vers l’homme qui stoïquement patientait.
Il lui dit alors : «  Monsieur, a précisé qu’il valait mieux ne pas traîner, que vous êtes attendue et que je devais vous conduire. »
Il ne plaisantait pas. Elle comprit alors qu’elle devait obéir.
Elle ne posa plus de question et alla se préparer conformément à la consigne. Quand elle revint devant l’homme qui l’attendait, elle cachait son sexe avec ses mains, honteuse de se montrer ainsi à un parfait inconnu.
Ce dernier lui tendit alors, une cape noire soyeuse, en lui demandant de la mettre sur ses épaules le temps de se rendre à la voiture stationnée en bas de l’immeuble. Elle la saisit, et d’un mouvement gracieux, elle se couvrit de cette étoffe, libérant ainsi son bas-ventre à l’inconnu qui la regardait d’un œil appréciateur et gourmand.

Il lui ouvrit la porte et la fit passer devant elle. Le tissu léger ne laissait guère de doute à quiconque les croiserait sur sa tenue. Elle était rouge de confusion et avançait d’un pas hésitant.
«  Allons ! » Dit l’homme, « Pressons, nous n’avons que trop perdu de temps, Monsieur ne sera pas content. »
Il la fit entrer dans la voiture sous les yeux stupéfaits de deux badauds qui passaient par là leur baguette sous le bras.
Après quelques minutes de route, il prit un chemin de traverse et arrêta a voiture près d’un entrepôt qui semblait désert.
Une voie de chemin de fer passait à proximité. Les wagons de marchandises étaient à l’arrêt. Nul ne semblait travailler. Le calme régnait. Le chauffeur lui ouvrit alors la portière et la fit sortir. Il retira lui-même la cape qui la couvrait. Il ne lui laissa pas le temps d’ouvrir la bouche et lui dit que c’était les ordres. Il lui donna alors une autre enveloppe.
Fébrilement elle la déchira, tant elle appréhendait les mots qu’elle lirait.

Sur le rail,  tu marcheras,
Droit devant, tu regarderas,
Fière, tu avanceras
Une clairière, tu verras,
Un arbre, au milieu, se dressera
Un nouveau message t’y attendra.


( A suivre )
 www.meilleurduweb.com : Classement des meilleurs sites Web.
Par Artemis - Publié dans : Eclats de Plume - Communauté : Ecritures Sensuelles
Ecrire un commentaire - Voir les 26 commentaires
Retour à l'accueil

Calendrier

Mars 2017
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

Eclat-titudes

 

Droit de reproduction

Tous les textes présentés dans ce site
m'appartiennent et ne doivent être
reproduits en aucun cas et sous aucune
forme que ce soit sans mon autorisation.
Si vous désirez en publier un sur votre
site ou ailleurs ou si vous souhaitez
simplement m'écrire.

eclatsdemoi@yahoo.fr

Il me fera plaisir de vous répondre.
Merci de votre comprehension
et de votre respect !


 


 

Les images et photos utilisées
outre les miennes sont glanées
sur le net et leur auteur est
toujours indiqué.
Si l'une d'elle vous appartient
et que vous voulez que je la
retire
écrivez-moi.
Je le ferai aussitôt.

 


Mon site de prédilection




Et son forum


 J'aime et j'y écris :






Des textes inédits 
Chez  l'Eronaute

 

Recherche

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus