Qui suis-je

Eclatons-nous

  Vous êtes 
 
  
promeneurs à être venus 
me rendre visite depuis septembre 2006.
Un nombre c'est bien ,mais c'est pas très
causant ... Mec lecteurs d'où venez-vous ?
Le 20 octobre 2007, j'ai mis cette carte
pour mieux vous connaitre.

outils webmaster

outils webmaster


Citation

"L'érotisme est l'une des bases de la connaissance
de soi, aussi indispensable que la poésie." 

 

 
Anaïs Nin, Etre une femme et autres essais.

Un petit clic si aimez ce site

www.meilleurduweb.com : Classement des meilleurs sites Web.



Mon livre de chevet 
A lire absolument
 
   livre
  
  Ce que je lis en ce moment


 








Les forums que je fréquente

les plaisirs et pêchés mignons de Lola



Les dialogues de femmes de Sarahh









Je les ai rencontrés sur OB



Koulou


 

Muad


 

Le Musée de Muad


Michka 


 

Motdit


 

Arteashow


 

Baggins


 


Little red Dragon


Blackevil


Lib le poète



Guts ou le royaume de la chaleur


 Les sens de Claire

 

  Le carnet d'Erwan 

 

 

 Référencement

Erotisme sur BIG-annuaire

Annuaire de l'érotisme

L'annuaire de l'elfe de la forêt noire .

L'annuaire de didinath


annuaire du pépère  

Annuaire de Blogs

l'annuaire du WebAdd to Technorati Favorites

W3C

  • Flux RSS des articles

overblog

Elle m’était promise, il me l’avait annoncée ....
Nous sommes deux complices désireux de partager une passion commune. Deux personnes qui aimons se faire plaisir, donner à notre vie des moments si particuliers. Les nôtres.
Les jours se succédaient aux jours, les prétextes s'accumulaient. Le temps passait.
Et puis, est arrivé le jour où les conjonctures se firent favorables au regroupement de notre désir commun.

La route est longue ? Qu’importe ! Il a pris très tôt le chemin qui le conduira à moi qu’il a tant envie de coucher en travers de ses genoux.
J’ai pris la route, de mon côté. Il me fallait assurer la logistique. Il ne s’agissait pas non plus d’oublier la nourriture terrestre.
Nous sommes arrivés sensiblement dans la même minute au pied de l’hôtel qu’il  avait choisi. Nous nous sommes embrassés, heureux de nous retrouver.

Il est allé réserver une chambre, notre chambre. Coïncidence, c’était la même que la fois précédente. Souvenirs émus.
La chambre était composée d’un grand lit, d’une mezzanine avec deux petits lits, une salle d’eau avec une baignoire douche.
Nous nous sommes assis sur le bord du lit et quelques paroles plus tard, il me dit :
- « Alors, Mademoiselle la pénitente, tu as des choses à confesser »
Jouant la demoiselle de mauvaise foi, je répondis :
- « Euh, nan !!! »
Mais monsieur est plutôt soupçonneux et me demande alors si j’ai lu le texte qu’il m’avait envoyé. A ma réponse affirmative, il rétorque qu’il n’a pas reçu de réponse.
- « Euh, j’ai pas eu le temps de répondre »
- « Ah oui, vraiment ? »
Et le voilà qui me bascule en travers de ses genoux et commence à me fesser par-dessus la jupe et j’éclate de rire.
- « Et ça te fait rire en plus »
- « Euh, viiiiiiii !!! »
- « Attend un peu !!! »
Il me fesse alors avec plus d’insistance, d’intensité et je commence à sentir une douce chaleur m’envahir.
Il intercale exercices et fessées, prenant soin de soulever ma jupe et apprécier ainsi, le contraste entre le rouge de mes fesses et le blanc de ma culotte.
Il résonne dans la pièce des bruits qui ne laissent aucun doute sur l’activité qui y est dispensée. Je n’en ai cure, tout occupée à me concentrer sur la douleur naissante de mon fessier.
Je commence à serrer le dessus de lit avec mes poings pour ne pas crier, ne pas céder à la douleur, résister, être la plus forte.
Il fait des petites pauses, admire son œuvre, prends des photos et finit par baisser ma culotte, dernier léger rempart de protection, pour des fesses déjà bien rouges et bien chaudes.
Les claques reprennent sonores, à droite, à gauche, sur les cuisses aussi, qui se sont imperceptiblement écartées. J’ai chaud, ça brûle, mais mon fessier comme attiré par cette main qui le châtie, va au devant d’elle. Il appelle la claque, il la désire. Le seuil de la douleur est passé. Il reste le plaisir, un plaisir difficile à expliquer. Comme un soulagement, la tête qui se vide, le corps qui s’abandonne, se détend, s’offre.
Les claques cessent soudain, sa main se fait caresse, se glisse entre mes deux joufflus, vérifient l’excitation de ma chatte. Un doigt s’insinue, prend possession de mon sexe, un autre titille mon bouton. Je perd pied et me donne à cette fouille organisée.
Le plaisir monte en moi et se libère bruyamment. Nude by Moonlight, photo of a nude dancer in Baja
- « Oh non … »
- « Hé si !!! »
Quelques instants plus tard, il m’aide à me lever, me prend par les mains. Confiante, je me laisse entraîner. Il sort alors de son sac à malice un grand morceau de tissu et m’attache les mains entre elles, remonte ainsi mes bras à la verticale et attache l’étoffe sur les barreaux de la mezzanine.
Il a ouvert la porte de la salle de bain et je ne peux voir ainsi que mon reflet dans la glace. Je lui tourne le dos, je ne peux voir ce qu’il fait.
Mes pieds nus au sol, je ne peux rien faire d’autre qu’attendre ce qui va se passer. Je ne sais pas ce qu’il manigance. J’entend des bruits, mais ne vois rien. Il descend la fermeture éclair de ma jupe qui se retrouve à mes pieds. Il retire mon débardeur qui se retrouve coincé dans le lien au dessus de ma tête. Il est bientôt rejoint par mon soutien-gorge. Je n’ai alors plus que ma culotte, mes seins lourds sont libérés de leur entrave, et l’ont peut déjà voir les mamelons se dresser.
Par quelques nouvelles fessées appuyées, il redonne à mes fesses la chaleur qui s’était quelque peu dissipée. Je ne peux guère bouger ainsi exposée, il baisse alors ma culotte qui se retrouve à mes pieds. Je suis nue. Il assène quelques claques supplémentaires, et, soudain, je sens quelque chose de froid sur mes fesses, froid et fin, je tressaille … Qu’est ce donc ? Il m’a fait connaître l’objet sans me le montrer, l’a fait découvrir à mon fessier comme l’on fait découvrir au cheval le tapis que l’on disposera sur son dos. Lui le respire et s’habitue à ce nouvel objet. J’ai eu cette sensation, cette association d’idée. Mon corps reconnaissait l’objet et l’acceptait.
C’est alors que mon partenaire a commencé à cingler mes fesses, mon dos, mes cuisses qu’il avait écartées avec cette baguette puis avec une fine branchette. Ca pique, ça cingle drôlement mais c’est supportable.
La punition terminée, il m’a détachée. Curieuse sensation. Le sang qui recommence à circuler …. J’ai réclamé de l’anti-fourmi, il en avait même pas …Pfffff ces fesseurs, ça pense à rien !!!
Mais il avait mieux, des mains d’une douceur incroyable et un vrai talent de masseur. Il a longuement massé mes mains et elles ont repris goût à la vie. Il était temps de passer à d’autres activités.
Nourritures terrestres et plaisirs divers et variés ont ponctué ces heures magiques ces heures qui font que l’on se retrouvent sur un petit nuage, que la vie est belle, qu’on a envie de crier …Merci ...

www.meilleurduweb.com : Classement des meilleurs sites Web.
Par Artemis - Publié dans : Eclats de moi
Ecrire un commentaire - Voir les 30 commentaires
Retour à l'accueil

Calendrier

Avril 2017
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>

Eclat-titudes

 

Droit de reproduction

Tous les textes présentés dans ce site
m'appartiennent et ne doivent être
reproduits en aucun cas et sous aucune
forme que ce soit sans mon autorisation.
Si vous désirez en publier un sur votre
site ou ailleurs ou si vous souhaitez
simplement m'écrire.

eclatsdemoi@yahoo.fr

Il me fera plaisir de vous répondre.
Merci de votre comprehension
et de votre respect !


 


 

Les images et photos utilisées
outre les miennes sont glanées
sur le net et leur auteur est
toujours indiqué.
Si l'une d'elle vous appartient
et que vous voulez que je la
retire
écrivez-moi.
Je le ferai aussitôt.

 


Mon site de prédilection




Et son forum


 J'aime et j'y écris :






Des textes inédits 
Chez  l'Eronaute

 

Recherche

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus