Qui suis-je

Eclatons-nous

  Vous êtes 
 
  
promeneurs à être venus 
me rendre visite depuis septembre 2006.
Un nombre c'est bien ,mais c'est pas très
causant ... Mec lecteurs d'où venez-vous ?
Le 20 octobre 2007, j'ai mis cette carte
pour mieux vous connaitre.

outils webmaster

outils webmaster


Citation

"L'érotisme est l'une des bases de la connaissance
de soi, aussi indispensable que la poésie." 

 

 
Anaïs Nin, Etre une femme et autres essais.

Un petit clic si aimez ce site

www.meilleurduweb.com : Classement des meilleurs sites Web.



Mon livre de chevet 
A lire absolument
 
   livre
  
  Ce que je lis en ce moment


 








Les forums que je fréquente

les plaisirs et pêchés mignons de Lola



Les dialogues de femmes de Sarahh









Je les ai rencontrés sur OB



Koulou


 

Muad


 

Le Musée de Muad


Michka 


 

Motdit


 

Arteashow


 

Baggins


 


Little red Dragon


Blackevil


Lib le poète



Guts ou le royaume de la chaleur


 Les sens de Claire

 

  Le carnet d'Erwan 

 

 

 Référencement

Erotisme sur BIG-annuaire

Annuaire de l'érotisme

L'annuaire de l'elfe de la forêt noire .

L'annuaire de didinath


annuaire du pépère  

Annuaire de Blogs

l'annuaire du WebAdd to Technorati Favorites

W3C

  • Flux RSS des articles

overblog

Le texte qui suit a été déposé en commentaire sur " La fessée bonheur " par Piotr Goradd.
Je ne pouvais pas laisser une telle oeuvre dans les profondeurs ... J'ai donc ouvert une nouvelle rubrique : Les Eclats de vous, dans laquelle, je mettrais certains des cadeaux que vous me faites.

Je me souviens quand je suis devenue homme, quand il tronqua sa condition et me permit d’endosser sa fonction.
J’étais une jolie bougie rouge, de belle taille... Hum, peut-être pas de la stature d’un cierge, mais plutôt d’une fort belle chandelle...
Je me souviens de ce sentiment de puissance, de pouvoir qui m’inonda, moi, simple flamme parmi les flammes, insignifiante flammèche qui allait dompter un volcan.
À l’heure où je vous parle, je ne suis plus que le flamboiement d’un souvenir, un moignon de paraffine rougeâtre, calciné et déformé posé sur le rebord de leurs consciences, mais, je me souviens...
Un tête-à-tête amoureux, des plats raffinés.
Un tête-à-queue d’amourette, des jeux paraffinés.
Quelle jouissance quand il me brandit comme un sceptre au-dessus de la femme attachée au montant de notre lit complice. Plus je me léchais les lèvres, plus mon envie brûlante noyait ses doigts cramoisis.
Quel homme ! Foin de souffrance, il goûtait, testait mes baisers qu’il allait offrir à son amour qui déjà se cabrait, se tendait vers nous.
Puis ce fut les préliminaires, mes préliminaires. Je la couvris de baisers en commençant par les pointes de ses mamelons tendus, gonflés, prêt à exploser. Je les recouvris d’une gangue de pure douleur. Nouvelles ruades de mon aimée, elle râlait, elle suait, elle criait qu’elle nous aimait, moi... et mon homme.
De circonvolutions en circonvolutions, je la mordis de mes petites dents de soufre. Mon jus bouillonnant laissait des balafres vermeilles à la cicatrisation instantanée.
De petites touches en petites touches qui la firent se tendre comme une voile sous la tempête, J’arrivai devant ma destiné, devant l’éteignoir.
Elle haletait, elle connaissait ma position, mes envies. Elle subodorait les souffrances à venir, le plaisir qu’elle en retirerait. Elle s’en délectait...
Puis vint ce moment de gloire, cet éternuement du temps qui fit de moi une verge chaude et luisante, un roi païen.
Là, mon homme me fit faire une pause, mais ma flamme était toujours gaillarde et mon sperme écarlate menaçait de déborder. Mon bienfaiteur m’inclina. Confrontation directe, tête à sexe, sexe à tête... et du con à l’anus, mon jus recouvrit entièrement son intimité. Tremblement de chair, séisme et hurlement, jouissance pure... Et je la pénétrai et jamais ma mèche ne s’en rallumera. Je la possédai en son sexe, entre ses reins, entre ses dents, entre ses seins. Je la pénétrai cent fois, mille fois, elle a joui, me noyant à son tour... et le retour express à la lumière, chute vertigineuse, le plancher, atterrissage douloureux, le sommier, l’oublie... et plus tard, la cheminée. Pauvre relique dans une soucoupe. Pauvre petite chose à la fonction détournée. Je voulus me prendre pour un Dieu et me suis brûlé le nez. Ce n’était pas moi qu’elle aimait...

Par Artemis - Publié dans : Eclats de vous
Ecrire un commentaire - Voir les 14 commentaires
Retour à l'accueil

Calendrier

Mai 2017
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
<< < > >>

Eclat-titudes

 

Droit de reproduction

Tous les textes présentés dans ce site
m'appartiennent et ne doivent être
reproduits en aucun cas et sous aucune
forme que ce soit sans mon autorisation.
Si vous désirez en publier un sur votre
site ou ailleurs ou si vous souhaitez
simplement m'écrire.

eclatsdemoi@yahoo.fr

Il me fera plaisir de vous répondre.
Merci de votre comprehension
et de votre respect !


 


 

Les images et photos utilisées
outre les miennes sont glanées
sur le net et leur auteur est
toujours indiqué.
Si l'une d'elle vous appartient
et que vous voulez que je la
retire
écrivez-moi.
Je le ferai aussitôt.

 


Mon site de prédilection




Et son forum


 J'aime et j'y écris :






Des textes inédits 
Chez  l'Eronaute

 

Recherche

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus