Qui suis-je

Eclatons-nous

  Vous êtes 
 
  
promeneurs à être venus 
me rendre visite depuis septembre 2006.
Un nombre c'est bien ,mais c'est pas très
causant ... Mec lecteurs d'où venez-vous ?
Le 20 octobre 2007, j'ai mis cette carte
pour mieux vous connaitre.

outils webmaster

outils webmaster


Citation

"L'érotisme est l'une des bases de la connaissance
de soi, aussi indispensable que la poésie." 

 

 
Anaïs Nin, Etre une femme et autres essais.

Un petit clic si aimez ce site

www.meilleurduweb.com : Classement des meilleurs sites Web.



Mon livre de chevet 
A lire absolument
 
   livre
  
  Ce que je lis en ce moment


 








Les forums que je fréquente

les plaisirs et pêchés mignons de Lola



Les dialogues de femmes de Sarahh









Je les ai rencontrés sur OB



Koulou


 

Muad


 

Le Musée de Muad


Michka 


 

Motdit


 

Arteashow


 

Baggins


 


Little red Dragon


Blackevil


Lib le poète



Guts ou le royaume de la chaleur


 Les sens de Claire

 

  Le carnet d'Erwan 

 

 

 Référencement

Erotisme sur BIG-annuaire

Annuaire de l'érotisme

L'annuaire de l'elfe de la forêt noire .

L'annuaire de didinath


annuaire du pépère  

Annuaire de Blogs

l'annuaire du WebAdd to Technorati Favorites

W3C

  • Flux RSS des articles

overblog

L'épisode précédent est ici )

Une journée mouvementée.
 
Les jours se sont écoulés au rythme des saisons, l'été a fait place à l'automne.
C'était une de ces journées d'octobre, où le soleil éclaire la nature et la rend si belle, habillée de jaunes, d'ors, de bruns et de rouges.
J'aime l'automne. J'aime ses couleurs et ses saveurs particulières. J'aime m'y promener et chercher les champignons, ramasser les châtaignes. Des plaisirs simples, souvenirs de mon enfance, des moments de silence au cour des bois, des moments que j'aime partager avec ceux qui aime la nature et la respecte.
Mais ce n'est pas l'heure de rêvasser, j'ai du boulot sur la planche.
Monsieur M. m'a faite venir dès l'aube à son bureau pour prendre les consignes.
« C. ! Ma vieille maman doit se rendre à sa cure annuelle. Ses malles doivent être fins prêtes pour son départ prévu demain matin. Préparez aussi quelques effets pour vous et moi, le voyage étant un peu long, nous ferons escale chez l'une de mes amies. Dès que vous aurez fini ce travail, assurez vous que votre patronne ne manque de rien et venez me trouver. »
« Bien, Monsieur, Puis-je disposer ? »
« Allez, et ne traînez pas ! »
 
Je me suis aussitôt rendue à la lingerie pour commencer les bagages. Il ne fallait rien oublier, le séjour durait un mois et l'établissement, s'il assurait le nettoyage des vêtements, ne fournissait ni draps, ni linge de toilette.
Je me suis affairée toute la journée à emballer tous le linge destiné à ma patronne. Sans arrêt interrompue dans mes préparatifs, j'avais du mal à me concentrer et à ne rien oublier. Le facteur qui avait un recommandé, et évidemment personne pour répondre au coup de sonnette. Une parole échangée, on n'est pas des sauvages quand même. Ma patronne qui appelle pour son petit-déjeuner, ensuite pour sa toilette. Le repas de midi servi à Monsieur M. et sa mère et c'est l'heure de la petite promenade de Madame qui ensuite a repris possession de ses appartements pour se reposer et lire le livre qu'elle m'avait demandé et que je suis allée chercher dans la bibliothèque.
L'heure avançait et je voyais que tout ne serait pas prêt avant l'heure du souper et voilà Monsieur M. qui me sonne.
Je me précipite à son bureau, toque à la porte et attends qu'il m?autorise à entrer.
« Entre, C. Dépêche-toi ! » me dit-il.
« Monsieur a besoin de moi ? »
« Oui, prépare un panier et ma veste de laine. Habille-toi pour m'accompagner. Je veux ramasser des champignons, mon amie aura ainsi le plaisir de goûter aux produits de notre terroir. »
«  Suis-je obligée de vous accompagner, Monsieur, tout n'est pas prêt et ... »
« Il suffit, obéis ! Depuis quand discutes-tu mes ordres ? Tu finiras au retour, et si tout n'est pas prêt ?. Tu sais ce qui t'attend ? »
« Oui, Monsieur » répondis-je les yeux baissés.
« Allez file ! Je te retrouve sur le perron.»
 
J'enfile un gilet sur ma robe, donne la veste de Monsieur et nous voilà partis dans le bois qui jouxte le domaine.
Les odeurs, le calme feutré du sous-bois et le chant des oiseaux me font oublier le travail qu'il me reste à faire. Voilà le premier cèpe qui se montre sur un tapis de mousse, puis un autre et encore. Quel plaisir de les cueillir, de remplir le panier, d'imaginer l'omelette que l'on fera cuire chez l'amie de Monsieur.
Et voilà que par inadvertance, je me prend les pieds dans une ronce, perd l'équilibre, renverse le panier et écrase quelques précieux spécimens.
 Monsieur M. se fâche.
 
« Petite maladroite, tu ne pouvais pas faire attention. Tu sais pourtant, comment j'apprend aux imprudentes l'art de faire attention ?»
« Mais... » Bredouillai-je « Je ne l'ai pas fait exprès... »
« Ce n'est pas une excuse et tu le sais ! Viens ici ! »
« Nonnnnnnnn, pas ici Monsieur, s'il vous plait ! On pourrait passer ! »
« Oui, et alors !!! Où est le problème ? Une punition doit se donner immédiatement, mais sache que mon amie sera avisée du peu de cas que tu fais du présent qui lui est destiné ! »
« Oh, non Monsieur, ne le dites pas ! »
Pendant ce temps Monsieur M. a coupé une branche fine et flexible de l'arbre qui était à proximité.
«Il suffit, C. ! Penche-toi, soulève ta jupe et baisse ta culotte ! »
 
Je tremblais de m'exécuter, la honte si quelqu'un me voyait. Je ne bougeais pas. Le regard qu'il me lança alors eu raison de mes dernières réticences. Je ne pouvais pas désobéir, je ne devais pas.
J'ai remonté ma jupe, descendu ma culotte lentement, le rouge aux joues et me suis penchée.
 
Sa main a caressé mes globes ainsi offerts et sans plus attendre a commencé à les rougir, claquant de droite et de gauche, alternativement ou non, afin de ne laisser aucune place à la blancheur laiteuse de ma peau.
 
Dans la forêt silencieuse, ce bruit qui résonnait ne laissait aucun doute sur ce qui se passait là. La honte que je ressentais n'avait d'égale que le plaisir qui montait inévitablement lorsque sa main effleurait au passage mon intimité.
Soudain, la douche de claques s'est arrêtée. Je n'ai pas eu le temps de me relever que la badine improvisée a remplacé la main qui officiait. La badine sifflait dans l'air et rebondissait sur mon joufflu déjà bien rouge.
 
Un bruit soudain, des branches qui craquent... Quelqu'un approche ... C'est certain ...
 

Copyright © 2006

Par Artemis - Publié dans : Eclats de Plume
Ecrire un commentaire - Voir les 9 commentaires
Retour à l'accueil

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>

Eclat-titudes

 

Droit de reproduction

Tous les textes présentés dans ce site
m'appartiennent et ne doivent être
reproduits en aucun cas et sous aucune
forme que ce soit sans mon autorisation.
Si vous désirez en publier un sur votre
site ou ailleurs ou si vous souhaitez
simplement m'écrire.

eclatsdemoi@yahoo.fr

Il me fera plaisir de vous répondre.
Merci de votre comprehension
et de votre respect !


 


 

Les images et photos utilisées
outre les miennes sont glanées
sur le net et leur auteur est
toujours indiqué.
Si l'une d'elle vous appartient
et que vous voulez que je la
retire
écrivez-moi.
Je le ferai aussitôt.

 


Mon site de prédilection




Et son forum


 J'aime et j'y écris :






Des textes inédits 
Chez  l'Eronaute

 

Recherche

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus