Qui suis-je

Eclatons-nous

  Vous êtes 
 
  
promeneurs à être venus 
me rendre visite depuis septembre 2006.
Un nombre c'est bien ,mais c'est pas très
causant ... Mec lecteurs d'où venez-vous ?
Le 20 octobre 2007, j'ai mis cette carte
pour mieux vous connaitre.

outils webmaster

outils webmaster


Citation

"L'érotisme est l'une des bases de la connaissance
de soi, aussi indispensable que la poésie." 

 

 
Anaïs Nin, Etre une femme et autres essais.

Un petit clic si aimez ce site

www.meilleurduweb.com : Classement des meilleurs sites Web.



Mon livre de chevet 
A lire absolument
 
   livre
  
  Ce que je lis en ce moment


 








Les forums que je fréquente

les plaisirs et pêchés mignons de Lola



Les dialogues de femmes de Sarahh









Je les ai rencontrés sur OB



Koulou


 

Muad


 

Le Musée de Muad


Michka 


 

Motdit


 

Arteashow


 

Baggins


 


Little red Dragon


Blackevil


Lib le poète



Guts ou le royaume de la chaleur


 Les sens de Claire

 

  Le carnet d'Erwan 

 

 

 Référencement

Erotisme sur BIG-annuaire

Annuaire de l'érotisme

L'annuaire de l'elfe de la forêt noire .

L'annuaire de didinath


annuaire du pépère  

Annuaire de Blogs

l'annuaire du WebAdd to Technorati Favorites

W3C

  • Flux RSS des articles

overblog

Levant les yeux, Noria l'aperçut et aussitôt elle se mit debout. Jondalar s'avança vers elle en souriant. Elle n'était pas très grande et ses longs cheveux châtain  clair lui encadraient le visage. Elle était pieds nus et portait une jupe en fibre végétale, serrée à la taille, et dont les bandes de couleurs descendaient au-dessous de ses genoux. Son buste était couvert d'une chemise en daim souple ornée de plumes ébarbées et teintes, fermée de haut en bas par des lacets en cuir et suffisamment ajustée pour mettre en valeur sa poitrine.
Quand Jondalar s'approcha, elle tenta vainement de lui sourire et lui lança un regard effrayé. Il alla s'asseoir sur l'estrade en prenant bien garde à ne faire aucun mouvement brusque. Noria se détendit un peu et finit par s'asseoir à côté de lui, pas assez malgré tout pour que leurs genoux se touchent.
Si nous parlions la même langue, ce serait plus facile songea-t-il. Elle a peur de moi. Et c'est normal : non seulement elle ne me connaît pas, mais je suis un étranger.
Il avait soudain envie de la protéger et la trouvait attirante.
Il aperçut sur un socle tout proche un récipient en bois et deux bols, et voulut se lever pour aller se servir. Mais Noria le devança et remplit un des bols. Il toucha la main qui lui tendait le liquide ambré. Elle sursauta, voulut retirer sa main puis finalement la laissa. Jondalar la lui pressa tendrement, puis il prit son bol et en but une gorgée. C'était une boisson fermentée au goût doux-amer, plutôt agréable. Craignant qu?elle lui tourne la tête, il préféra ne pas en abuser.
-         « Merci Noria » dit-il.
-         « Jondalar ? » demanda-t-elle en levant les yeux vers lui.
Noria avait les yeux clairs mais les lampes n?éclairaient pas assez pour qu?il puisse dire s'ils étaient bleus ou gris.
-         « Oui » répondit-il aussitôt. « Jondalar des Zelandonii.  Jondalar   homme zelandonyee.  Noria, femme hadumaï ».
-         « Femme ? »
-         « Femme » répèta Jondalar en touchant sa jeune et ferme poitrine.
Noria fit un bon en arrière.
Jondalar délaça la lanière qui fermait sa tunique et montra le haut de sa poitrine couvert de poils blonds.
-         « Pas femme » expliqua-t-il. Homme.
Noria eut un petit rire.
-         « Noria, femme » reprit Jandalar en lui touchant à nouveau la poitrine.
Elle ne recula pas et sourit d?un air plus détendu.
-         « Noria, femme » répéta-t-elle. Puis avec un regard malicieux, elle montra l?aine de Jondalar et ajouta : «  Jondalar, homme. »
A nouveau, elle eut l?air effrayée comme si elle craignait d'être allée trop loin et se    précipita pour remplir le bol de Jondalar.
Quand elle le lui tendit, ses mains tremblaient un peu. Il but quelques gorgées puis l'invita à boire à son tour. D'un signe de tête elle accepta, Jondalar le bol de ses lèvres et elle referma ses mains sur les siennes pour faire couler la boisson entre ses lèvres. Il posa ensuite le bol sur le sol, s'empressa de lui reprendre les mains et embrassa l'intérieur de ses paumes. Elle parut surprise mais ne recula pas. Il se pencha alors vers elle et l'embrassa dans le cou. Noria le laissa faire : elle était encore tendue mais éprouvait aussi de la curiosité et se demandait ce qui allait suivre.
Jondalar en profita pour emprisonner un de ses seins et il l'embrassa à nouveau dans le cou. Puis il remonta le long de sa gorge, mordilla une de ses oreilles et trouva sa bouche. Il glissa sa langue entre ses deux lèvres et doucement les entrouvrit.
Quand il se recula, Noria avait les yeux fermés, la bouche ouverte et respirait plus vite. A nouveau il l?embrassa et commença à délacer la lanière qui fermait sa chemise. Elle se raidit aussitôt. Jondalar la regarda, sourit et sans se presser, continua à délacer sa chemise. Noria ne bougeait pas et le regardait, fascinée tandis qu'il retirait jusqu'au dernier lacet.
Son corsage s'ouvrit, dévoilant sa jeune poitrine : deux globes fermes aux aréoles gonflées. Le sexe soudain durci, Jondalar repoussa son corsage et lui embrassa les épaules à pleine bouche. Puis il posa ses lèvres sur l'un de ses seins et, après en avoir fait doucement le tour, emprisonna l'extrémité du mamelon. Noria se mit à gémir. Lui reprenant la bouche, il la poussa avec douceur en arrière jusqu'à ce qu'elle s'allonge sur l'estrade.
Nichée dans la fourrure, Noria ouvrit les yeux et dévisagea l'homme penché au dessus d'elle. Ses pupilles étaient dilatées et ses yeux lumineux. Ceux de Jondalar étaient maintenant d'un bleu profond et si attirant qu'elle ne pouvait en détacher son regard.
-         « Jondalar, homme. Noria, femme » dit-elle.
Il répéta la phrase à son tour et se débarrassa de sa tunique. Penché sur elle, il recommença à la caresser et quand à nouveau elle gémit, sa propre respiration s'accéléra.
Cela fait si longtemps que je ne me suis pas trouvé avec une femme, se dit-il,  tenailler par le désir de la prendre sur-le-champ. Un peu de patience ! s?intima-t-il, il ne faut pas l'effrayer. Pour elle, c'est la première fois. Tu as toute la nuit devant toi. Attends qu?elle soit prête, elle aussi.
Il se redressa et effleura du bout des doigts la peau nue de la jeune femme en dessous de ses seins. Il descendit jusqu'à sa taille et défit la lanière qui retenait sa jupe. Noria tressaillit. Jondalar s'immobilisa un court instant. Quand il sentit qu?elle était à nouveau détendue, il glissa sa main à l'intérieur de la jupe, effleura au passage la douce toison de son pubis, et comme elle le laissait faire, il laissa sa main descendre un peu plus bas.
Ne voulant pas l'effaroucher, il retira sa main presque aussitôt et fit glisser sa jupe le long de ses hanches. Il laissa tomber la jupe sur le sol et contempla les douces courbes de son corps éclatant de jeunesse. Il défit la ceinture de son pantalon et quand il se retrouva nu devant elle, Noria sursauta et un éclair de crainte passa à nouveau dans ses yeux.
Elle avait eu maintes fois l'occasion d?écouter les femmes qui parlaient des Rites des Premiers Plaisirs. On lui avait expliqué que, même si ce n'était pas toujours agréable, les femmes devaient faire en sorte que les hommes prennent du plaisir avec elles car c'était là le seul moyen qu'elles aient de se les attacher. Quand leurs désirs étaient assouvis, les hommes allaient chasser, ils rapportaient la nourriture et des peaux pour faire des vêtements. Les femmes pouvaient alors mettre au monde des enfants et les allaiter sans inquiétude. Celles qui avaient parlé à Noria des Premiers Rites ne lui avaient pas caché que c'était toujours douloureux pour la femme. Et la jeune fille se demandait avec inquiétude comment elle pourrait accueillir le sexe énorme qu?elle avait maintenant sous les yeux.
Jondalar n'était pas étonné par sa réaction. Il savait que c'était l'instant critique. Pour qu'une femme s'éveille aux Plaisirs du Don de la Mère, il fallait faire preuve de délicatesse et de doigté. Peut-être un jour pourrai-je donner du plaisir à une femme pour la première fois sans craindre de lui faire mal, songea-t-il. Malheureusement ce rêve est irréalisable : pour la femme, les Rites des Premiers Plaisirs ne pouvaient être que douloureux.
Jondalar s'assit à côté de Noria. Il lui prit tendrement la main et la posa sur son sexe. La jeune fille le laissa faire. Quand le sexe de Jondalar, doux et chaud et comme animé d?une vie propre, remua entre ses doigts, elle éprouva une sensation de picotement agréable à l?intérieur de ses cuisses. Elle essaya de sourire, mais la crainte assombrissait encore ses yeux.
Il s'allongea à côté d'elle et l'embrassa. Noria plongea son regard dans le sien. Elle y lut sa tendresse, son désir, mais aussi une force irrésistible. Fascinée, submergée, anéantie par le bleu insondable de ses yeux, elle éprouva à nouveau la même sensation agréable. Elle le désirait. Elle avait peur d?avoir mal, mais elle le désirait. Elle ferma les yeux, ouvrit la bouche et se pressa contre lui.
Jondalar l'embrassa et, quand elle eut exploré sa bouche, il se mit à descendre le long de sa gorge, de ses seins, puis, du bout de la langue il lui effleura le ventre, les cuisses, et remonta vers la poitrine. Il attendit pour lui prendre le sein qu'elle place elle-même sa bouche à cet endroit. Il avança alors la main, entre ses cuisses et saisit le petit renflement érectile. Noria poussa un cri.
Il suça et mordit gentiment son sein tout en la caressant. Noria gémit. Jondalar descendit plus bas, effleura son nombril du bout de la langue, puis il se laissa glisser au bas de l'estrade jusqu'à ce que ses genoux touchent le sol. Il écarta alors les jambes de Noria et goûta pour la première fois à la saveur salée et légèrement piquante. Noria frémit et laissa échapper un cri. Elle gémit à nouveau en balançant la tête d'avant en arrière et leva les hanches vers lui.
La langue de Jondalar avait atteint le clitoris. Les cris que poussait Noria ne faisaient qu'accroître son propre désir et il luttait pour ne pas y céder. Quand la respiration de Noria se fit haletante, il releva le buste, et guida son sexe gonflé vers cette tendre ouverture que personne n'avait encore pénétrée. Il serra les dents pour se contrôler au fur et à mesure qu'il s'enfonçait dans ces étroites profondeurs, humides et chaudes.
Quand Noria lui entoura la taille de ses jambes, Il sentit une obstruction à l'intérieur. Il commença à bouger doucement d'avant en arrière jusqu'à ce que les gémissements de Noria se transforme en un cri de douleur. Il se retira, puis la pénétra à nouveau, plus fort cette fois, et sentit qu'il forçait le barrage tandis que Noria poussait des cris de plaisir et de douleur et que lui-même laissait échapper un cri étouffé au moment où, le corps secoué de spasmes, il laissait libre cours à son désir refoulé. Il se retira, puis la pénétra à nouveau le plus loin possible et quand il sentit qu'il avait laissé s'écouler toute l'essence de son plaisir, se laissa tomber sur Noria.
La tête sur la poitrine de Noria, il attendit que sa respiration se calme, puis s'allongea à côté d'elle. Complètement abandonnée, la jeune femme avait fermé les yeux et il fit de même.
Un instant plus tard, deux mains se posèrent sur son front. Il rouvrit les yeux et aperçut le visage d'Haduma penché au-dessus de lui. Elle lui sourit aussitôt, hocha la tête pour lui montrer qu'elle était satisfaite, puis entonna un chant. Noria ouvrit les yeux à son tour et parut tout heureuse de voir que la vieille femme plaçait ses mains sur son ventre. Sans cesser de chanter, Haduma continua de faire des gestes au-dessus d'eux. Puis elle récupéra la fourrure blanche tachée de sang qui retrouvait l'estrade. Noria lui lança un regard reconnaissant : pour une femme, le sang de ses Premiers Rites étaient chargés d'un pouvoir magique.
La vieille femme s'approcha de Jondalar et toucha son sexe en souriant. Celui-ci se redressa un court instant, puis retomba aussitôt. Haduma gloussa, puis elle sortit de la tente et les laissa seuls.
Ils restèrent allongés l'un près de l?autre jusqu'à ce que Noria s'assoie et regarde Jondalar d'un air langoureux.
-         « Jondalar, homme. Noria, femme » lui rappela-t-elle avant de se pencher vers lui pour l'embrasser.
Jondalar sentit qu'il la désirait à nouveau. Un peu étonné il se demanda si ce n'était pas le dernier geste d'Haduma. Mais il n'eut pas le temps de s'appesantir sur cette question : le moment était venu d'initier Noria à de nouveaux plaisirs.
 
          
Par Artemis - Publié dans : Eclats de mes coups de coeur
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Calendrier

Mars 2017
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

Eclat-titudes

 

Droit de reproduction

Tous les textes présentés dans ce site
m'appartiennent et ne doivent être
reproduits en aucun cas et sous aucune
forme que ce soit sans mon autorisation.
Si vous désirez en publier un sur votre
site ou ailleurs ou si vous souhaitez
simplement m'écrire.

eclatsdemoi@yahoo.fr

Il me fera plaisir de vous répondre.
Merci de votre comprehension
et de votre respect !


 


 

Les images et photos utilisées
outre les miennes sont glanées
sur le net et leur auteur est
toujours indiqué.
Si l'une d'elle vous appartient
et que vous voulez que je la
retire
écrivez-moi.
Je le ferai aussitôt.

 


Mon site de prédilection




Et son forum


 J'aime et j'y écris :






Des textes inédits 
Chez  l'Eronaute

 

Recherche

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus